Quelles sont les principales mesures de la nouvelle politique du logement ?

La nouvelle stratégie logement du gouvernement poursuit 3 objectifs : construire plus, mieux et moins cher ; répondre aux besoins de chacun ; améliorer le cadre de vie. Découvrez toutes les mesures à venir.

Abattements fiscaux sur la vente de terrains

Dans les zones tendues (très forte demande de logements), le gouvernement souhaite inciter les propriétaires fonciers à vendre leur terrain dans le but d’y construire des logements. Pour se faire, il prévoit des abattements fiscaux sur les plus-values pour la vente de terrains :

  • 100% d’abattements si un terrain est vendu pour bâtir un logement social ;
  • 70% pour un logement libre.

Pinel recentré sur les zones tendues

L’avantage fiscal Pinel, octroyé aux particuliers dans le cadre d’un investissement locatif, sera reconduit pendant 4 ans, jusqu’au 31 décembre 2021. Cependant, son champ géographique sera réduit, pour cibler uniquement les zones tendues (A bis, A, B1). Objectif : construire plus vite en zone tendue. Un effet qui devrait permettre de créer un choc d’offre au profit des locataires.

Aménagement du PTZ (prêt à taux zéro)

Depuis 1995, le prêt à taux zéro permet aux primo-accédants de financer jusqu’à 40% de leur achat immobilier neuf – ou ancien avec travaux – avec un prêt 0% d’intérêt. La nouvelle stratégie logement prévoit d’aménager le PTZ dès septembre 2018, avec notamment une réduction à 20%.

Priorité aux logements étudiants

80 000 logements neufs pour les jeunes :

Le gouvernement s’engage à construire 60 000 logements pour les étudiants et 20 000 pour les jeunes actifs sur la durée du quinquennat.

Un bail mobilité pour les étudiants :

Le gouvernement compte également créer un nouveau bail : le « bail mobilité », destiné aux étudiants, et plus largement à toutes personnes en formation, apprentissage ou stage.

Ce contrat de location peut s’étendre de 1 à 10 mois maximum (non renouvelable).

Une garantie locative pour tous :

Pour aller plus loin et simplifier l’accès des étudiants au logement, le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard et son secrétaire d’Etat Julien Denormandie ont promis qu’ « aucun dépôt de garantie ne [serait] demandé ». Et ce grâce à l’extension du dispositif VISALE qui offre une solution de garantie pour tous les locataires, et couvre les risques d’impayés et la remise en état du logement aux bailleurs.

Toutes ces mesures visent à répondre à la demande locative, favoriser la mobilité et à simplifier finalement la vie des Français !