Et si la fin des zones B2 devenait une opportunité pour les propriétaires-bailleurs ?

Alors que le gouvernement vient d’annoncer la suppression des zones B2 et C du dispositif Pinel, les investisseurs en immobilier neuf pourraient bien tirer profit de la situation.

La réforme du dispositif Pinel

Le ministère de la Cohésion sociale a annoncé le maintien du dispositif Pinel jusqu’au 31 décembre 2021. Cependant, le dispositif est recentré aux zones A bis, A et B1. Les zones B2 et C, même justifiant d’une forte demande locative, seront exclues du zonage Pinel à partir de 2018.

Zone B2 et demande locative

La zone B2 concerne les agglomérations comptant entre 5 000 et 250 000 habitants. La Bretagne historique (incluant la Loire-Atlantique) compte ainsi plus de 200 communes en zone B2.

De nombreuses villes connaissent une forte demande locative, notamment sur le littoral (principalement Vannes, Concarneau, Quimper, Brest, Saint-Malo) et dans les périphéries nantaise et rennaise.

Une aubaine pour les propriétaires-bailleurs

Comme les communes en zone B2 sortent du dispositif Pinel, elles ne sont plus soumises au plafonnement des loyers. De ce fait, les propriétaires peuvent définir librement le montant des loyers.

Ainsi, les loyers des villes (B2) à forte demande locative devraient augmenter de 10 à 25%. Et les investisseurs pourront continuer à louer très facilement leurs biens.

Au final, l’augmentation des recettes locatives compense la fin de l’avantage fiscal octroyé avec le dispositif Pinel.