Réception de votre bien : les défauts à traquer

Une fois la construction achevée, le promoteur organise la visite de livraison, qui vous permettra de vérifier la conformité des travaux et de récupérer les clés de votre logement.

Préparez bien votre visite

Avant de visiter votre logement, munissez-vous des documents remis par le promoteur, comme la notice descriptive et le contrat de réservation.

Il est aussi conseillé de vous équiper : d’un appareil-photo, ainsi que d’une ampoule, d’un appareil électrique (chargeur de téléphone, sèche-cheveux, radio, etc.), d’une feuille de papier ou de sopalin, d’un tournevis, d’un multimètre, et de tout autre accessoire qui vous semblera utile pour tester les équipements de votre logement.

Enfin, n’hésitez pas à lister l’ensemble des éléments à vérifier, pièce par pièce, pour ne rien oublier.

Imposez vos conditions

Un à deux mois avant la date de livraison de votre bien, vous pouvez demander une pré-visite de réception. Vous pourrez ainsi constater l’état de votre logement et émettre des réserves. En cas de réserve, le constructeur devra faire le nécessaire pour lever ces réserves avant la remise des clés.

Le jour de la remise des clés, lors de la visite de livraison, demandez à organiser la visite en plein jour pour mieux constater d’éventuels défauts.

De plus, pour vous assurer de ne pas laisser passer certains défauts vous pouvez vous faire assister par un expert du bâtiment comme un architecte, un ingénieur ou un technicien.

Enfin, prenez le temps de bien tout regarder et tester. Comptez entre 2 et 3 heures d’inspection.

Passez tout au crible

Extérieur et parties communes

Il peut être bon d’arriver une heure avant le rendez-vous de livraison. Vous pourrez ainsi contrôler la qualité des finitions extérieures de l’immeuble, inspecter l’état des parties communes (espaces verts, zone de stationnement, locaux accessibles…) et vérifier que l’accès à l’immeuble est bien sécurisé.

Chauffage

Dès l’entrée dans votre logement, vous pouvez mettre en marche les radiateurs pour vérifier, en cours de visite, que le système de chauffage est suffisamment performant.

Electricité

Pour vérifier le bon fonctionnement de chaque interrupteur et de chaque prise électrique, utilisez un petit appareil électrique.

De même, vous pouvez tester l’éclairage à l’aide d’une ampoule.

Enfin, n’oubliez pas de vérifier tous les équipements présents (électroménager de la cuisine, interphone dans le hall, portail ou barrière à l’extérieur…).

Il sera aussi intéressant de prévoir un multimètre pour contrôler l’ampérage du compteur électrique.

Isolation

Une simple feuille papier ou essuie-tout vous permettra de contrôler la circulation de l’air dans les bouches de la VMC, et la climatisation.

La peinture écaillée ou le papier peint décollé sont sinon des signes visibles d’un potentiel défaut d’isolation.

Ouvertures

Vérifiez le bon fonctionnement de la porte d’entrée, l’état des fenêtres, l’épaisseur des vitrages, la qualité du cadre, le fonctionnement des volets, etc. Lorsqu’un propriétaire émet des réserves, les ouvertures sont souvent en cause.

Revêtements

En tapotant le carrelage avec le manche d’un tournevis par exemple, si les carreaux sonnent creux, ils risquent de se décoller rapidement.

Le parquet doit être bien posé et bien coupé, et ne doit surtout pas bouger.

La peinture ou le papier peint doivent parfaitement correspondre à la notice descriptive.

Superficie des pièces

Vous pouvez, si vous avez un doute, mesurer la superficie des pièces. Au-delà d’une marge d’erreur de 5%, vous pourrez demander un remboursement au prorata.

Signalez tous les défauts constatés

Toutes les anomalies détectées doivent être mentionnées sur le procès-verbal de réception avec, si possible, la prise d’une photographie. Le promoteur et vous-même conservez chacun un exemplaire daté et signé.

Remarque :

En cas de très gros défaut, vous pouvez faire consigner le solde du prix de vente (les derniers 5%) chez un huissier en attendant que le promoteur règle les problèmes.

Vous disposez encore d’un délai de 30 jours pour signaler les défauts qui n’étaient pas apparents lors de la visite.

Le promoteur disposera quant à lui d’un an pour effectuer les réparations nécessaires. Dans le cas contraire, n’hésitez pas à saisir le juge du tribunal de grande instance.

Malgré tout, il est possible que vous repériez des défauts passé ce délai des 30 jours. Dans ce cas, différentes garanties vous protègent.